AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Arrivée en province

Aller en bas 
AuteurMessage
Emma Dashwood
Duc(hesse)
avatar

Nombre de messages : 92
Rang : Haute Bourgeoise
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Arrivée en province   Jeu 12 Avr - 23:39

[Suite de « Départ de Londres »]

La diligence s’engagea dans un chemin cahoteux. Secouée, Emma Dashwood s’accrocha à son siège. Après quelques jours de voyage, elle était enfin arrivée dans cette petite ville de province où elle allait le rencontrer. Les heures passées dans cet espace réduit l’avaient presque rendue folle. Le cocher, très désagréable, ne lui avait pas évité les ornières des routes mal entretenues. Trop polie pour protester, la jeune fille s’était muée dans son silence et dans sa rêverie.
Heureusement, elle y était. Plus souriante, Emma souleva le rideau sombre qui lui masquait le paysage. Ce dernier s’étendait à perte de vue devant ses yeux. Des champs dorés. Des herbes vertes qui se balançaient sur le vent. La jeune fille avait l’impression que des personnes se cachaient dans les prés. Elle s’attendait au moment où, sereins, ils allaient se redresser, les habitants de cette féerie. Peut-être la regardaient-ils, moqueurs de ce luxe tapageur ?
Le noir et la poussière dégoûtante de la voiture contrastaient de manière presque comique avec les couleurs joyeuses de l’extérieur. Emma eut envie de sortit de cette atmosphère étouffante pour respirer enfin un air pur. Elle parvenait déjà à sentir l’odeur de la campagne dans laquelle avait baigné son adolescence. Les mouches et les abeilles voletaient autour des vitres et une chaleur provenant du soleil éblouissant commençait à faire suffoquer la jeune fille.
Soudain, comme un miracle, la voiture s’arrêta, manquant de précipiter Emma Dashwood sur la vitre. Que se passait-il ? Le manoir Burgley n’était pas en vue pourtant... La porte de la diligence s’ouvrit brusquement sur le visage du cocher :


- Descendez, mam’zelle.

Vexée par le ton condescendant, miss Dashwood prit son temps pour remettre son chapeau chic, que sa mère avait tenu à lui offrir, ses gants blancs, qui avaient changés de couleur depuis le départ de Londres et son roman de Shakespeare. Avec dignité, elle descendit les quelques marches, refusant l’aide du vieux bourru. Elle s’emplit immédiatement les poumons de la fraîcheur bienveillante de la verdure. Plissant les yeux pour observer l’horizon, elle se rendit à peine compte qu’elle tournait le dos au cocher. Celui-ci soupira d’une manière exaspérante. Puis se fut un bruit de tonnerre. Emma se retourna, brusquement inquiète. L’homme avait commencé à décharger les malles de sa cliente et les laissait tomber dans le chemin encore mouillé.



- Monsieur, que faites-vous ? Nous ne sommes pas arrivés à mon manoir !


L’une des valises s’ouvrit sous le choc de la chute et les tissus blancs et la soie fragile des robes de la jeune fille s’offrirent aux regards. Avec une exclamation indignée, Emma se précipita pour ramasser, aidée vaguement en cela par le cocher.

- Désolé, mam’zelle.
- Enfin, consentirez-vous à m’expliquer ?


La malle refermée avec soin par la demoiselle Dashwood, l’homme lui désigna le chemin plein de trous et de boue.


- Ben, c’est que, mam’zelle, je peux pas passer avec la diligence. Faut continuer à pied.


Emma n’en croyait pas ses oreilles. Quoi ? Elle allait devoir aller en marchant dans la terre nauséabonde jusqu’au manoir qui n’était même pas encore en vue ?

- Depuis combien de temps votre manoir n’a-t-il pas été habité ?

La jeune fille hésita, tout en s’apercevant de l’énormité du chiffre :


- Environ trente ans me semble-t-il.


Le cocher haussa les épaules, l’air de dire : « Que voulez-vous que j’y fasse ? Tout s’explique, c’est pas entretenu ». Emma soupira mais puis qu’on ne pouvait rien y faire, elle choisit de ne pas s’en plaindre. Ainsi c’était la vie en province, pleine d’imprévu !

- Soit, prenez les deux malles et suivez moi. Je passe en tête.

Le vieux bourru la regarda avec deux yeux ronds et lui déclama tragiquement qu’il ne pouvait pas le faire.


- Pardon ?

- Chuis juste payé pour la diligence.

Là-dessus, l’homme la salua, remonta sur sa voiture et fit claquer les rênes des chevaux. Ceux-ci firent demi-tour (heureusement que le chemin était large) et s’éloignèrent. Stupéfaite par tant de désinvolture, Emma en resta statufiée. Quand elle se retrouva seule dans la campagne, avec pour compagnie les chants des oiseaux, elle se rendit compte qu’il lui fallait porter ses deux énormes malles jusqu’au manoir... Un instant défaite, elle se reprit et décida de voir le bon côté des choses. Bien qu’elle n’en trouva pas. La jeune fille saisit les valises et commença à faire quelques pas. La boue marron salissait horriblement ses chaussures.
Au bout de cinq petits mètres, le livre de Shakespeare, qu’elle avait glissé sous son bras, chut sur le sol. Des gouttes d’eau terreuse dissimulèrent le titre «
Roméo et Juliette ». Presque désespérée, Emma s’arrêta et se retourna.


[Si quelqu'un a pitié de mon personnage...]

_________________

L'amour, c'est ainsi. Peu importe qu'il soit consommé, pourvu qu'il soit grand, si droit et si fort, et si puissant en toutes ses racines qu'il subsiste, comme la rose de pierre, par-delà tous les millénaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arrivée en province   Ven 13 Avr - 23:42

[Si je puis me permettre ^^]

Voila maintenant deux jours que Viola Foxworth s'était installée à Foxworth, attendant avec patience que son frère la rejoigne.
Depuis son arrivée, celle-ci avait exploré une partie du Manoir, avant de décider au petit matin, lorsque les premiers rayons du soleil vinrent pointer leur nez à travers les rideaux qui ornaient sa chambre, d'explorer ses terres et les alentours.

Enfourchant son pur sang, elle parcourait à petit galop la lande. La nature se réveillait peu à peu. Semblant sortir d'un conte de fée, le paysage enfilait ses magnifiques alentours scintillant de rosée matinale. Ces merveilles qu'elle découvrit tout au long de sa promenade nourrissaient son imagination. De ce fait, de nouvelles esquisses vinrent s'ajouter à son carnet de croquis qu'elle avait emmené avec elle.
Perdant toute notion de l'heure, elle ne reprit conscience lorsqu'une ombre vint voiler ses dessins. Sentant un léger tiraillement à l'estomac, elle décida de retourner tranquillement au Manoir. Le regard rêveur, bercée par le pas de Seth, Viola laissait courir son imagination.
Soudain, à l'horizon, une nuance de couleur particulière attira son attention. En véritable artiste, son œil repérait ces subtilités. Intriguée, elle se dirigea vers ce petit point lumineux pour découvrir au beau milieu d'un chemin de terre, une jeune fille entourée de deux malles.

Arrêtant son cheval à quelques pas d'elle, Viola regarda avec méfiance autour d'elle, avant de saluer la jeune fille d'une voix tintée de timidité.

-"Bonjour…Veuillez excuser ma curiosité mais…Que faites-vous, ici, seule avec vos deux malles ? Auriez-vous eu quelques ennuis?"
Revenir en haut Aller en bas
Emma Dashwood
Duc(hesse)
avatar

Nombre de messages : 92
Rang : Haute Bourgeoise
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: Arrivée en province   Sam 21 Avr - 0:29

[Je t'en prie ^^ Et encore désolée pour le retard. Je suis confuse Embarassed )


Emma Dashwood se retourna et vit approcher un cheval. Ne connaissant rien à l’art équestre, elle préféra ne pas s’avancer sur le fait que ce fût un étalon ou pas. Bientôt une cavalière très jeune fit face avec la jeune fille. Du moins si on pouvait parler de face à face puisque la demoiselle se retrouvait bien en hauteur par rapport à Emma. Cette dernière lui trouva un charme certain. Ses cheveux blonds encadraient son visage angélique. Elle avait le port de tête altier, montrant qu’elle ne se trouvait pas être n’importe qui. Si la jeune fille s’était approchée d’elle-même, elle semblait néanmoins être prise au piège et très timide. Un carnet de dessin était sous son bras. En conséquence, Emma décida qu’elle était sympathique.
La jeune Londonienne était gênée de se trouver dans une telle situation embarrassante face à une inconnue. Mais elle décida de prendre tout cela avec le plus de grandeur possible. Après tout, entre les deus jeunes filles, la demoiselle lui semblait la plus effarouchée.
Emma posa, presque soulagée, ces deux malles assez lourdes. Lentement, elle alla ramasser son livre de Roméo et Juliette, salissant encore plus ses deux gants. Elle recula avec brusquerie quand le cheval fit mine d’avancer vers elle. Elle ne vit pas l’expression de la cavalière mais quelque chose lui disait qu’elle devait beaucoup en rire.


- Bonjour, madame,
se décida-t-elle enfin à prononcer, je suis fort désolée de me retrouver en cette... Condition. Je suis Emma Dashwood.

La bourgeoise ignorait si son interlocutrice connaissait son père, William. Elle décida de ne pas s’étendre dessus. Après tout, il n’y avait pas de quoi être orgueilleuse.

- Hélas, si je suis ici seule, c’est que...


Emma hésita. Comment expliquer cela à une demoiselle inconnue ?

- Et bien, la diligence qui m’a amenée ici n’a pas pu aller plus loin à cause des ornières. Le cocher m’a donc laissé ici avec... Ces malles. L’ennui, c’est que mon manoir – Burgley, si vous connaissez – est assez lointain. Je me dois donc de marcher jusqu’à là-bas.

La jeune fille sourit, comme pour se faire pardonner. Elle souhaitait voir disparaître la cavalière le plus vite possible afin qu’une mauvaise réputation que ne se traîne pas dans la ville. Dans un même temps, elle espérait confusément qu’elle l’aide à se sortir de cette difficulté...

_________________

L'amour, c'est ainsi. Peu importe qu'il soit consommé, pourvu qu'il soit grand, si droit et si fort, et si puissant en toutes ses racines qu'il subsiste, comme la rose de pierre, par-delà tous les millénaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arrivée en province   Dim 22 Avr - 18:04

Tout en écoutant l'histoire que lui contait Emma, Viola en profitait pour la détailler.
Son physique qui semblait délicat contrastait agréablement avec ses yeux sombres où l'on percevait la détermination. Ses lèvres rosées, sa chevelure châtain qui tombait en cascade la rendait agréable à l'œil. Ses yeux se posèrent sur les gants de la jeune fille avant d'apercevoir le livre qu'elle tenait entre ses mains. Son regard s'illumina lorsqu'elle vit le titre de celui-ci.
Naïvement, Viola décréta qu'Emma devait être une personne fort sympathique. Se fier sur la lecture d'une personne était un défaut enfantin qu'elle ne pouvait se défaire.

-"Décidément, les hommes sont de bien idiotes créatures…"

Descendant gracieusement de son cheval, elle avança vers la jeune fille tout en jetant encore un regard inquiet vers les champs.

-"Vous paraîtrai-je donc si vieille que vous m'appelez "Madame" ? Mademoiselle serait correcte…Même si il est vrai que l'on doit user de cette politesse…"

Bien qu'intimidée, Viola lui adressa un petit sourire chaleureux et leva ses yeux vers elle.
Emma, qui la dépassait d'une dizaine de centimètre, semblait tout partagée.

-"Vi…Heaven Foxworth…Enchantée…"

Son hésitation n'avait pas échappé à la jeune fille, elle le savait, mais elle préféra faire l'innocente. Son prénom lui rappelait bien trop de souvenirs, aussi avait-elle décidé d'utiliser celui-ci pour l'instant.

-Si vous le désirez, je puis peut-être vous aider. Mon manoir ne se trouve plus trop loin…
Une fois là-bas, nous pourrons revenir rechercher vos malles que nous aurions au préalablement cachées et vous emmener chez vous."


Levant ses yeux, elle regarda avec attention les nuages qui s'amoncelaient doucement à l'horizon.

-"Je crains que si vous ne restiez ici, vous ne seriez trempée dans peu de temps. Cela serait inconvenable, n'est-ce pas?"

Bien qu'elle ne connaisse pas la vie à la campagne, Viola pouvait très bien imaginer les langues de vipères lorsqu'elle était arrivée aux bras de son frère. Il en serait de même si elle laissait Emma dans cette condition. La regardant avec une inquiétude sincère, elle attendait sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Emma Dashwood
Duc(hesse)
avatar

Nombre de messages : 92
Rang : Haute Bourgeoise
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: Arrivée en province   Dim 22 Avr - 22:31

L’affirmation de la jeune femme portée sur les hommes fit rougir Emma Dashwood. Elle ignorait tout à fait si la demoiselle avait raison, car son inexpérience au niveau de ces « créatures », si on pouvait le dire, était totale. Toute son adolescence avait plutôt était portée sur les livres et les héros de romans. Mrs. Buckett l’empêchait de se rendre aux bals de province où elle pouvait en rencontrer en chair et en os. Elle avait souvent rêvé de mirages chuchotant des vers romantiques la nuit, sous le ciel étoilé. Elle avait souvent rêvé des lèvres d’un garçon, les avait vu se poser sur sa nuque blanche.
Elle frissonna à ce souvenir.
Même après, après être rentrée à Londres, les jeunes hommes ne l’avaient guère courtisée. Elle n’était pas intéressante car jusqu’à l’année dernière, pas héritière de la fortune Dashwood. Depuis, aux rares soirées musicales, seuls des hommes sentant fortement l’alcool ou certains qui paraissaient royalement s’ennuyer. Oh, certes, elle se souvenait d’un jeune George Hertipton, qui lui avait pendant quelques temps tourner la tête. Mais cette passion s’était vite essoufflée, comme un vent qui avait éteint une faible bougie.
Elle rougit de plus belle, en revenant sur terre. Devant elle, la jeune fille était descendue de son cheval tout en promenant autour d’elle un regard de bête apeurée. Que cachait-elle pour avoir si peur de son entourage ? Emma se détourna quelques instants pour cacher ses joues écarlates.


- Veuillez m’excuser, mademoiselle...Ma foi, à Londres, à votre âge, bien que vous êtes très jeune, beaucoup de femmes sont déjà mariées et mères...

Et malheureuses, termina Emma intérieurement. Elle se souvenait confusément de la petite Victoria, qui avait épousé un Lord à seize ans. Femme battue, mille fois trompée, Emma l’avait revue, il y avait peu de temps. Les cernes sous les yeux, Victoria lui avait adressé un faible sourire. La jeune fille avait tenté d’ignorer l’infortune de sa compagne. Mais intérieurement, son cœur avait accéléré. Le visage livide de son amie allait-il devenir le sien ? Les larmes auront-elles remplacées sa joie de vivre ?
De son côté, la demoiselle s’était présentée, toute hésitante. Que craignait-elle ? De toute façon, tant que cela ne la concernait pas, Emma n’était pas très intéressée par les histoires des autres. La jeune fille voulait-elle garder son anonymat ?


- Enchantée, Heaven, si je puis me permettre. Quel joli prénom ! s’exclama Emma, chaleureuse.

Elle souleva un sourcil, se demandant si la jeune fille allait réagir à son compliment. Manière sympathique de lui dire qu’elle n’avait pas totalement avalé son mensonge.
Puis face à sa proposition, elle sourit avec conviction et gentillesse. Cela faisait si longtemps qu’une personne n’avait pas été aimable comme cela avec elle.


- Je vous remercie sincèrement. Cette solution m’arrange grandement, mademoiselle Heaven, et échapper à la pluie serait indispensable, en effet.

Elle ne serait pas obligée de marcher jusqu’au manoir, ne risquerait pas les mauvaises langues des voisins... Et surtout elle sentait une pointe d’affection pour Heaven qui la regardait avec inquiétude.

_________________

L'amour, c'est ainsi. Peu importe qu'il soit consommé, pourvu qu'il soit grand, si droit et si fort, et si puissant en toutes ses racines qu'il subsiste, comme la rose de pierre, par-delà tous les millénaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arrivée en province   Sam 28 Avr - 12:38

[Désolée T_T]

Préférant sourire à ce compliment, Viola se doutait que son mensonge n'avait pas été totalement avalé.

-"Je vous remercie mais votre prénom est très joli également. Me permettez-vous de vous appelez ainsi? "

Lorsque Emma accepta sa proposition, elle ne put s'empêcher de battre des mains tout en affichant une mine plus que ravie.

-"Oh merveilleux. Voilà ce que nous allons faire.
Nous allons cacher vos malles dans ce petit coin d'herbes hautes, si une personne était destinée à passer par ici, il ne verrait rien. Ensuite, vous allez monter derrière moi, et nous nous rendrons au Manoir.
J'ai cru remarquer que…en fait, bien que Seth ne soit pas d'allure avenante, je peux vous promettre qu'il est d'une douceur incomparable lorsque je suis à ses cotés. Donc ne prenez pas peur face à ses réactions brusques."


Souriant gentiment, Viola se dirigea vers les malles pour y prendre la poignée et attendit que la jeune fille se décide de faire de même. Le temps les pressait quelque peu.
Revenir en haut Aller en bas
Emma Dashwood
Duc(hesse)
avatar

Nombre de messages : 92
Rang : Haute Bourgeoise
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: Arrivée en province   Mar 1 Mai - 18:42

Emma considérait avec quelques inquiétudes le temps qui se couvrait au-dessus de sa tête, commençant à cacher le soleil rayonnant. Elle savait bien que, dans cette province de l’Angleterre, le temps changeait fort rapidement. La jeune femme craignait que toutes ses affaires soient mouillées et salies par la pluie grise. Songeant à ce problème terrifiant pour une jeune bourgeoise, elle accepta avec ravissement qu’Heaven l’appelle par son prénom. Emma venait d’arriver et se trouvait déjà dans une voisine une nouvelle camarade. Elle se rappela en souriant des ses jeunes sœurs si jolies et gracieuses. Elles auraient sans doute eu la même réaction que la jeune femme en face d’elle, quand Emma accepta sa proposition de cacher ses malles. Margaret et Clemence étaient adorables, au contraire de William Junior d’ailleurs. Miss Dashwood savait qu’elles allaient lui manquer.

Heaven, quant à elle, parut s’apercevoir de la peur incontrôlée de la part de la jeune fille face à son cheval. Emma n’avait jamais appris à monter, Mrs. Buckett trouvant sans doute que cela était réservé aux hommes. Elle avait eu tort, preuve était faite. Heaven montait et en prenait de plaisir, et ce n’était pas une provinciale perdue au fond de la campagne. La jeune femme se demanda, avec inquiétude mais aussi avec un peu d’humour, si les Cherrydan savaient monter. Sans doute.
Elle se vit délaissée par son promis, qui faisait des promenades dans les champs avec un étalon et une servant peu farouche. Elle vit le jeune homme sourire et embrasser du regard sa compagne, ne songeant nullement à son épouse restée chez elle avec les cinq enfants. Puis le jeune homme se transforma en vieux barbon bourru et barbu, avec les traits du cocher.

Emma Dashwood se débarrassa de son rêve éveillé, en frissonnant, sous le regard peut-être interrogateur de sa voisine. Elle saisit une malle assez lourde par une poignée dorée, tandis que Heaven faisait de même avec l’autre. Les malles furent vite cachées derrière les hautes herbes du chemin cahoteux. Pour dissimuler sa peur de monter sur le dos de la créature, Emma se mit à babiller, tout en se trouvant totalement ridicule :


- Chère Heaven, heureusement que vous étiez là. Dieu seul sait ce que j’aurai fait sans vous.

Le cœur battant, elle s’approcha de l’étalon, qui sentant son angoisse, fit soudain une incartade.

_________________

L'amour, c'est ainsi. Peu importe qu'il soit consommé, pourvu qu'il soit grand, si droit et si fort, et si puissant en toutes ses racines qu'il subsiste, comme la rose de pierre, par-delà tous les millénaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée en province   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée en province
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]
» Zorro est arrivée... sans se presser.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: X [ARCHIVES] X :: Archives RP-
Sauter vers: